X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services idoines.
Accepter
  • fr
  • en
  • zh-hans
ESPACE UTILISATEUR

La traçabilité et les outils de mobilité dans le médico-social

27 octobre 2016

Cet article sur le thème de la traçabilité, construit sous la forme d’un livre blanc, s’articule en 3 parties :

  • 1) La traçabilité et les outils de mobilité,
  • 2) L’intérêt d’en finir avec le papier,
  • 3) Les solutions du futur.

Contexte

Les acteurs et les professionnels du terrain sont de plus en plus sollicités par des démarches administratives et réglementaires souvent perçues comme contraignantes. Les tâches réalisées au quotidien doivent faire l’objet d’une traçabilité : actes d’accompagnement, de soins, circuit du médicament, etc. En effet, les lois régissant le métier de soignant imposent une traçabilité des actes effectués sur prescription et, dans une moindre mesure, des actes relevant du rôle propre d’accompagnement, de confort et de bien-être.

La loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des patients et à la qualité du système de santé précise que […] les patients disposent d’un droit d’accès à leur dossier de soins. En cas de litige, la qualité des soins sera évaluée. 

Ainsi sans traçabilité, il reste complexe voire impossible de justifier de la qualité de l’accompagnement et de la prise en charge de la personne accueillie.

Aborder la traçabilité sous l’angle du litige reste trop réducteur

La traçabilité garantie que les intervenants ont bien pris en compte la personne accueillie dans sa globalité et n’ont pas simplement exécuté une prescription médicale.

La traçabilité a pour objectif :

  • – D’identifier la personne accueillie ou du patient
  • – D’identifier le professionnel qui a réalisé les actes
  • – De protéger le bénéficiaire des actes de soins et d’accompagnement
  • – De protéger l’acteur terrain
  • – D’améliorer la qualité de l’accompagnement et des soins
  • – De faciliter la recherche d’informations
  • Et surtout de s’inscrire dans une démarche de prévention plutôt que de justification

 

Ne pas devenir esclave de la traçabilité

La traçabilité oui, mais pas au détriment des personnes accueillies. Si l’intervenant signe ses actes avec un outil inadapté et chronophage, nous nous éloignons de l’essence même de son métier : l’accompagnement des personnes accueillies, l’un des aspects essentiels du quotidien des intervenants. C’est pourquoi, il est incontournable de leur dégager du temps pour l’écoute et l’échange.

Les outils mis à la disposition des intervenants terrain, ne prêtent généralement pas à l’écriture narrative. En effet, ils sont souvent réduits aux soins d’hygiène et de confort dans les diagrammes de soins. « Une croix suffit » pour en assurer la traçabilité.

L’acte est bien tracé mais les transmissions expriment rarement le contexte dans lequel l’acte a été effectué. L’intervenant écrit les actes plutôt que l’activité et les conditions d’accompagnement.

Lors de votre choix d’une solution logicielle, préférez un éditeur ayant bien compris ces aspects incontournables du quotidien des utilisateurs.

La solution doit apporter un bénéfice utilisateur

Cette traçabilité doit idéalement s’opérer en direct auprès du résident et doit être intelligente, grâce à une tablette ou un ordinateur portable par exemple.

Il est possible de noter qu’un soin a été effectué ou qu’une température a été relevée et de visualiser en direct l’historique des relevés. En cas de problème, l’alerte peut être donnée immédiatement, les intervenants terrain ou les médecins depuis leurs cabinets reçoivent en temps réel l’information.

Les points clés à retenir dans le choix d’une solution de traçabilité sont :

1/ Le gain de temps : aller vite pour effectuer les obligations de traçabilité, c’est du temps à passer en plus avec les personnes accueillies.

2/ L’amélioration de la communication entre intervenants : coordonner l’accompagnement et les soins en partageant l’information entre les intervenants. Tous les acteurs, notamment les intervenants libéraux, ne sont pas forcément dans l’établissement. La technologie web, l’accès distant simplifié et sans installation de logiciel sont alors incontournables.

Pour lire la suite, téléchargez notre livre blanc sur la traçabilité et les outils de mobilité dans le médico-social.